Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Il s’agit d’un club de karate de l'école Shotokan, créé à Bruxelles en 1979 par Sensei François VAN BINST, 6e dan, six fois champion de Belgique et vice-champion d'Europe en kata et kumite. Il a été pendant des années l’élève, l'assistant et l’ami proche de Sensei Satoshi MIYAZAKI, représentant du Japon (JKA) en Belgique et l'un des proches élèves de Sensei Taiji KASE.

Les cours de Sensei VAN BINST, issus de son expérience étendue du karaté ainsi que des nombreux contacts avec les maîtres japonais, confèrent aux membres de solides bases et un haut niveau technique dans l’apprentissage du karaté. En plus des entraînements, les membres apprennent également la pédagogie et l'enseignement dans le cadre de leur formation. Dans ce sens, il s'agit d'une véritable école de karaté.

Le club fait partie au niveau international, de l'académie d'instructeurs Shotokan Ryu Kase Ha, dans la lignée des enseignements de Sensei Taiji KASE, dont la Belgian Karate Shotokan Academy est l’émanation belge. En outre, étant situé à Bruxelles, il est affilié aux fédérations de la Vlaamse Karate Federatie et de la Ligue Francophone de Karaté Belge.

Philosophie du dojo Ashi Barai

1. Entraînements et examens

Dans les années 1980, les entraînements du club étaient très orientés vers la compétition. Les membres participaient à de nombreux championnats et faisaient preuve d'une grande performance dans ce domaine. Sensei VAN BINST a été, à titre personnel, 6 fois champion de Belgique de manière consécutive en kumite et kata-kumite tandis que ses élèves remportèrent à plusieurs occasions le championnat de Belgique par équipe ou individuellement, certains obtenant même des victoires internationales. Vers la fin des années 80, Sensei KASE, qui mettait l'emphase sur l'aspect budo du karaté, créa la World Karate Shotokan Academy (WKSA). Cette organisation avait pour but la formation des instructeurs ayant au minimum le grade de 3e dan. A cette époque, l’intérêt pour la compétition diminuant, les cours de Sensei VAN BINST devinrent progressivement plus « techniques ». Il participait à de nombreux stages donnés par Sensei KASE.

Kase-Francois-demo_5
FrancoisVanBinst_Hongrie
srkh

L'évolution se poursuivit en 2001, avec la création de la Shotokan Ryu Kase Ha Instructors Academy (SRKHIA) à vocation internationale et en 2002, Sensei KASE signa le « Grading Syllabus », programme technique requis pour les passages de grades des ceintures noires. Cependant, il n'existait pas dans l’académie de programme d’examen similaire pour les grades inférieurs, les kyu, dans l'esprit du « Kase Ha Ryu ». Chaque club disposait de son programme technique propre. Sensei VAN BINST constatait avec regret que ces programmes se contentaient de répertorier quelques techniques du karaté, sans recherche véritable sur leur usage efficace.

Pourtant, l’élaboration d’un bon programme structuré pour les débutants est un point important car c’est le travail sérieux des bases au moment de l’apprentissage qui déterminera plus tard les capacités d’une bonne ceinture noire. Sensei VAN BINST entreprit donc l’élaboration d’un programme technique pour les grades inférieurs « kyu ». Son expérience étendue du karaté et son sens pédagogique se refléteront dans l’articulation du programme, où pour chacun des neufs niveaux correspondra un thème particulier et le passage d’un grade à l’autre se fera de manière évolutive et systématique, avec les principes subjacents au système de Sensei KASE.

Dès la ceinture blanche (9ème Kyu), l’apprentissage commence par le travail de la position Fudo Dachi, posture qui, dans certains styles, est étudiée seulement à partir de la ceinture noire. Au déplacement linéaire fait place un travail de déplacement dans toutes les directions. Ainsi, les blocages sont réalisés avec des esquives en se déportant de la direction de l’attaque et sont étudiées dès la ceinture jaune (8e kyu). Alors que traditionnellement le poing était toujours armé (Hikite) à la ceinture, différentes gardes d’attaque sont étudiées lors du programme de la ceinture bleue (4ème Kyu), lequel introduit aussi le travail des techniques de mains ouvertes, propre au système Kase Ha.

Programme-5-KYU
Programme-1-KYU

Il est communément admis que le programme d’examen kyu est difficile de par son contenu technique riche, même pour un vétéran du karaté. Cependant, cette difficulté n’est que relative dans la mesure où le pratiquant qui entreprend l’étude du programme dès le début (9ème Kyu) ne connaîtra pas de souci majeur et sera au contraire avantagé dans ses connaissances techniques et dans la pratique du karaté. Actuellement, ce programme dont l’efficacité n’est plus à démontrer est appliqué dans la plupart des clubs de l’académie Kase Ha en Belgique et à l’étranger.

Voici les propos de Sensei Dirk Heene, responsable de la BKSA et président de l’académie d’instructeurs Shotokan Ryu Kase Ha, à propos des programmes d’examen:

En choisissant, dans le monde du karaté, une direction ou une voie basée sur l'enseignement du karaté Shotokan en Europe par Sensei Kase, nous avons acquis une image particulière dans cette discipline. Au sein du karaté institué par Sensei Funakoshi, différentes directions et écoles ont émergé et cela résulte indubitablement d'une évolution dont toutes choses font l'objet. Sensei Kase commença sa "carrière" européenne en Belgique et aux Pays-bas en 1966. Lorsque celui-ci signa un contrat pour la France, en tant qu'instructeur, Sensei Miyazaki fut envoyé en Belgique pour continuer le travail de Sensei Kase, au sein de l'union belge de judo d'alors. Sensei Kase demeurait une figure emblématique et Sensei Miyazaki me conseilla de m'entraîner régulièrement auprès de lui. C'est ce que je fis, ainsi que François Van Binst, qui trouva également une inspiration sous la direction de Sensei Kase. François, en tant que bon pédagogue, trouvait important de traduire la structure et le contenu du karaté que nous pratiquions dans un programme d'examens. Les stages de Calpe(Espagne) furent une belle occasion de se pencher en profondeur sur cette question. En 2000, un programme provisoire a été établi par François. Ce programme a été mis à l'épreuve dans différents dojos et, maintenant, en 2009, il est présenté comme programme officiel, telle une balise, dans l'évaluation des grades "Kyu". Sans être exclusivement un outil d'évaluation, ce syllabus forme également une bonne ligne de conduite comme programme de cours. Les éventuelles imprécisions et contradictions concernant la terminologie et l'application sont résolues chaque mois lors des entraînements nationaux. Entre-temps, ce programme est devenu un fil conducteur non seulement en Belgique mais également dans toute l'Europe, lors des stages que François et moi-même donnons. Finalement, cet ouvrage est devenu davantage un ... outil vers une voie exceptionnelle et le perfectionnement de nos ceintures noires. »

Dirk Heene

Dirk Heene

Responsable BKSA

Philosophie du dojo Ashi Barai

2. Emblème

Lors de la création du club, c'est Alain Ferette, ancien membre du club, qui créa le sigle. L'idée d'intégrer le symbole et la philosophie du Yin et du Yang était vraiment originale et correspondait vraiment à l'idée que Sensei VAN BINST se faisait du club.

"Le symbole du Yin et du Yang appartient à la tradition extrême-orientale et il représente les deux principes complémentaires actif-passif qui sous-tendent la création. Comme ils sont complémentaires, ils sont accouplés et toujours indissociables et s'interpénètrent sans cesse. Ainsi le point noir dans la partie blanche et le point blanc dans la partie noire symbolisent cette union active des deux parties. Ces quelques explications théoriques bien trop fragmentaires nous permettent de comprendre le sens de l'écusson de notre club. Nous avons surtout retenu l'aspect de complémentarité et nous l'avons appliqué au Karaté-do. Par conséquent, nous pourrions dire que la partie noire avec le poing représente la contraction, la force, le côté combattif de cet art martial tandis que la partie blanche avec la main ouverte en représente l'aspect de détente, de sérénité, de calme intérieur et généreux. Mais le Karaté-do est une synthèse équilibrée et harmonieuse de ces deux aspects qui se pénètrent et se complètent. Graphiquement, nous avons indiqué ceci par la ceinture blanche du Karatéka dans la partie noire et la ceinture noire dans la partie blanche."

AshiBaraBibBackground-300x300

Cet emblème, qui existe depuis la création du club, date maintenant de plus de 50 ans!

A propos de la ceinture qui mêle la teinte noire à la blanche, il faut entendre le sens suivant : Une ceinture noire doit s’entraîner avec le même esprit que celui d’une ceinture blanche. Lorsqu’une personne débute le karaté, elle commence avec le grade de la ceinture blanche. Progressivement, avec beaucoup d’entraînements, de sueurs et d’hématomes, elle atteint la ceinture noire. On constate trop souvent que les ceintures gradées et noires s’entraînent moins souvent au fil du temps et vont jusqu’à considérer que les entraînements des grades inférieurs ne les concernent pas car « ils ne sont pas à leur niveau ». Or ces derniers sont très importants pour le perfectionnement des bases techniques qui ne sont pas à négliger car la lacune de beaucoup de gradés, et notamment de nombreuses ceintures noires, provient précisément de la négligence de ce travail.

Cet emblème, qui existe depuis la création du club, date maintenant de plus de quarante ans. Comme pour toute chose qui évolue, il nécessitait une certaine mise à jour. Toutefois, le nouvel emblème, quelque peu différent dans sa graphie, a gardé le concept et les idées exposés plus haut et il est même possible de retrouver les éléments des principes de l’école Kase Ha où la main ouverte est utilisée aussi indifféremment que le poing. Toutefois il faut remarquer que ces éléments étaient déjà présents dans le sigle avant même la création de l’académie Kase Ha.

Pour cela, une ceinture noire doit faire preuve d’humilité et garder un « esprit de débutant » (Shoshin) dans son attitude. Il doit admettre qu’il n’est pas parfait et doit pouvoir se remettre en question. Beaucoup pensent que le fait d’atteindre la ceinture noire est un aboutissement mais le fait d’être gradé ne signifie pas qu’on possède la science infuse et qu’on ne doive plus porter d’attention particulière aux techniques exécutées. Une ceinture noire doit porter autant de soins à ses mouvements et à ses positions que le fait un débutant pour progresser. Il doit non seulement continuer à travailler les techniques de base mais doit en outre les corriger constamment pour les améliorer.

Philosophie du dojo Ashi Barai

3. Modèle d’intégration sociale

Dès sa création en 1979, le club Ashi Barai se distinguait déjà par sa multiculturalité. Aujourd’hui, il s’agit d’un espace qui fédère les membres provenant de tous horizons, indépendamment de leur appartenance religieuse ou ethnique, et compte aujourd’hui pas moins d’une quinzaine de nationalités différentes.

integrationSociale

Le club Ashi Barai se veut un lieu d’étude sérieux du karaté où on apprend à se défendre et à utiliser toutes les parties du corps humain comme des armes. Beaucoup de néophytes pensent à tort que le karaté est une discipline agressive et brutale mais c’est là une vision réductrice de l’utilité que peut avoir le karaté dans la vie.

Outre les exercices leur permettant un développement de leurs facultés physiques, la pratique du karaté procure également aux membres certaines valeurs morales qui viennent, au besoin, suppléer l’éducation reçue au sein familial ou à l’école.

Parmi ces valeurs, il y a celles qui sont propres à la pratique d’une discipline martiale comme la volonté, le courage, la persévérance, le dépassement de soi, la résistance aux situations de tension et à la douleur, …. Mais on retrouve aussi des valeurs comme la discipline, l’honnêteté, l’humilité, la concentration et l’écoute, le respect du partenaire et des autres, l’assurance de soi, la perfection du caractère, … autant de qualités qui permettent aux membres d’être de meilleures personnes et de faire face aux difficultés de la vie, armé de meilleurs atouts.

Reussir

L’expérience nous montre en effet que, durant la vie du club, les valeurs reçues dans le karaté ont aidé beaucoup de membres qui ont transité par le dojo Ashi Barai à atteindre la réussite dans leurs vies privée (famille, école) ou professionnelle. Ainsi, le club a toujours été un modèle d’intégration sociale.

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.