Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Le Karaté en Europe et en Belgique

Apres la seconde guerre mondiale, le karaté Shotokan s'était fermement installé au Japon et avait remporté un grand succès dans tout le pays. C’est à ce moment que NAKAYAMA décida d’envoyer ses instructeurs de par le monde pour conquérir les Etats-Unis et l’Europe, entre autres. C’est ainsi que Sensei Taiji KASE fit partie des premiers instructeurs à venir en Europe, rejoint plus tard par Sensei Satoshi MIYAZAKI.

Sensei Taiji KASE

Sensei Taiji KASE est né le 9 février 1929 à Tokyo. En 1944, il débute le Karaté au Honbu Dojo Shotokan où le fils de Gichin Funakoshi, Yoshitaka, l'accepte malgré son jeune âge (15 ans).

En mars 1945, il est formé à l'école de la Marine dans le camp des pilotes Kamikazes. En septembre 1945, il entre à l'université Senshu, où il est capitaine de l'équipe de karaté, ce qui lui permet de pratiquer intensément avec Genshin (Motonobu) HIRONISHI et Jotaro TAKAGI.
C'est à cette époque que sur le tatami, il rencontre Hiroshi SHIRAI qui, lui, est étudiant à l'université Komazawa.
Sensei T. Kase - Gyaku Tsuki

"Gyaku Tsuki", Vitesse, Timing, Précision, Force 

Sensei T. Kase 2

 Sensei T. Kase


E
n 1949, KASE sera, à 20 ans, le plus jeune au grade de Sandan (ceinture noire 3ème niveau).

Le 7 novembre 1945, Yoshitaka FUNAKOSHI décède à l'âge de 39 ans, et bien qu'il se soit peu entraîné avec lui, sa pratique fut un choc pour le jeune KASE qui cherchera sans cesse à atteindre son niveau de pratique, et dans son enseignement, se référera constamment à ce fils FUNAKOSHI qui recherchait «plus de mental, plus de puissance, plus d'énergie ».

Présenté par Sensei HIRONISHI (1916-1999), il entre à la JKA (Japan Karate Association) dont Sensei NAKAYAMA est alors chef instructeur (et le restera jusqu'à sa mort en 1987).

Taiji KASE devient un professeur des plus qualifiés. Il entraîne dans le dojo Shotokan du Japon de jeunes instructeurs : ENOEDA, SHIRAI, KANAZAWA, MIYAZAKI, OCHI...

En mars 1964, année des JO de Tokyo, il est envoyé en Afrique du Sud pendant trois mois pour y développer le karaté-Do. Début 1965, mandaté par Zentaro KOSAKA - président de la JKA et ministre japonais des Affaires Etrangères - il a pour mission de propager le Karaté-Do à travers le monde. Il est cette fois à la tête d'un groupe composé d’ENOEDA et SHIRAI. En un mois, ils donneront des démonstrations à travers le monde.

Puis SHIRAI partira pour l'Italie où il restera et ENOEDA choisira Liverpool en Angleterre. Sensei KASE retournera en Belgique et aux Pays-Bas, puis il rentrera au Japon.

De retour en Belgique, il enseignera le karaté au sein de la fédération belge de judo car il n'existait pas encore, à cette époque, de structure en karaté.

Ensuite, il partira à Paris en août 1967 pour enseigner au Dojo de la Montagne Sainte-Geneviève, dojo d'Henry PLEE.

A la suite du départ de Sensei KASE en France, Satoshi MIYAZAKI fut désigné par la JKA pour le remplacer en Belgique.

Sensei KASE quitta en 1972 le dojo d'Henry PLEE pour se consacrer à l'enseignement du vrai karaté-Do. Il était convaincu que le développement sportif du karaté moderne par la compétition faisait perdre au Karaté-Do son âme authentique et qu'il était incompatible avec le concept du Budo.

Il considérait en effet la compétition sportive comme une phase possible du Karaté-Do, une réalité limitée par les règles de compétition et d'arbitrage. Dans la philosophie des arts martiaux, l'esprit doit être libre et sans limite. De fait, il y a un niveau au-dessus de la compétition : le karaté dans l'esprit du Budo.

 

A partir de 1976, il multiplia les voyages à l'étranger : Yougoslavie, Italie, Algérie, Mali, Côte d'Ivoire. Dans les années quatre-vingts, il publiera deux livres sur les « Dix-huit kata supérieurs » et les « Cinq Heian ».

A la mort de NAKAYAMA en 1987, des querelles internes et des jalousies provoquèrent la scission de la JKA qui, aujourd'hui, est morcelée en différents petits groupements.

Ainsi, en 1987, KANAZAWA créera son propre groupement, la SKI (Shotokan Karate International). Quant à Sensei KASE, il fondera en 1989 avec Sensei SHIRAI la WKSA (World Karate-Do Shotokan Academy) destinée à l'enseignement des ceintures noires et des professionnels du Karaté-Do Shotokan, dont la BKSA (Belgian Karate Shotokan Academy) est le groupement belge.

Taiji KASE était prêt à partager ses connaissances et son expérience avec ceux qui l'écoutaient. Son principal souci était de continuer à progresser. En 2001, est fondée la Shotokan Ryu Kase Ha Instructors Academy (SRKHIA) à vocation internationale, dont l'objectif est de diffuser efficacement l'esprit du karaté de Yoshitaka FUNAKOSHI, en formant des instructeurs qui entraîneront les générations suivantes à la pratique du karaté en tant que Budo.

Le 29 septembre 2002, il signa le « Grading Syllabus », programme technique requis pour les passages de grades à partir du Shodan, premier niveau de la ceinture noire, afin de pérenniser l'enseignement de l’école Kase Ha dont il choisit l'emblème (GI).

Sensei KASE décéda à l'âge de 75 ans, le 24 novembre 2004 à Clamart, dans la banlieue sud de Paris.

Sensei Satoshi MIYAZAKI

Satoshi MIYAZAKI naquit le 17 juin 1938 dans un petit village de la préfecture de Saga au nord-ouest de l'île de Kyūshū, au sud du Japon.

Il débuta le karaté en 1954 dans l'école de son village. Il s'entraîna jusqu'à la fin de ses études secondaires et présenta son examen de ceinture noire devant un professeur du style Mahatokai, une émanation du style Goju Ryu, un karaté originaire d'Okinawa.

Sur conseil de Sensei NAKAYAMA, il partit à Tokyo en 1958 pour rejoindre la célèbre université de Takushoku, bien connu pour le karaté et où il obtiendra une licence en économie. A l'université, Sensei MIYAZAKI apprit le Shotokan, karaté moderne fondé par Gichin Funakoshi et fut entraîné par Masatoshi NAKAYAMA en personne.

Il remit sa ceinture blanche et recommença son apprentissage à zéro. A côté de ses études, il devait suivre ses entraînements qui consistaient en trois cours par jour du lundi au vendredi et un cours le samedi. Bien que jusqu'alors il n'avait participé à aucune compétition, il fit partie de l'équipe de Takushoku avec ASANO, KISAKA, OCHI et TABATA. Ils furent premiers au championnat du Japon par équipe.

Apres ses quatre ans d'études, NAKAYAMA lui demanda d'intégrer la JKA pour devenir instructeur. Il devait assurer le fonctionnement du secrétariat, exécuter certaines tâches liées aux installations et suivre les cours donnés par ses aînés pour apprendre à enseigner. Il reçut également des cours de pédagogie.

A la fin de son stage, il fut nommé instructeur par le ministère de l'éducation et resta à la JKA de 1961 à 1967.

C'est le 1er décembre 1967 que Sensei MIYAZAKI fut envoyé par la JKA en Europe à l'âge de 29 ans en même temps que les maîtres ENOEDA, SHIRAI, KASE et KANAZAWA pour promouvoir le Shotokan. Il devint le chef instructeur pour la Belgique après le départ de Sensei KASE en France. Il était alors 4ème dan.

Il devint le chef-instructeur de la JKA en Belgique jusqu'en 1993. C'est cette même année que sous son impulsion est créée la JKA Europe.

Le 31 mai 1993, Sensei MIYAZAKI décéda à l'âge de 55 ans. Il était alors 8ème dan

 Sensei Satoshi Miyazaki 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.